Space Battleship Yamato

Avatar dataripper | novembre 2, 2013

Invasion, sacrifices et gros vaisseaux !

Enfin, Yamato touche les rives de la France et c’est à Wildside qu’on le doit ! Un choix judicieux qui, j’en suis sûr, saura être couronné de succès tant le film est bon. Mais avant d’aller plus loin dans la critique, je dois prévenir nos lecteurs qui connaîtraient déjà la saga qu’il s’agit d’un reboot plus que d’une vraie adaptation live. Je m’explique, certains ingrédients qui faisaient le sel de la série ont été radicalement changés pour moderniser le titre et je pense en particulier aux antagonistes qui sont devenus des êtres cristallins à la conscience collective, ce qui les rend ainsi plus « alienoïde ».

Par contre, d’un autre côté, ils ont aussi gardé certains éléments qui font furieusement vintage, comme les gros câbles, les grosses turbines qui crachent le feu et les uniformes à peine retouchés. Il est évident que la production voulait donner un certain charme suranné au film et, avec des effets spéciaux modernes plutôt bien rendus, on se retrouve avec un film dont le visuel n’a rien à envier aux plus grosses productions hollywoodiennes. Les batailles sont retranscrites de manière grandiose et il n’est pas rare de se croire devant un nouveau Star Wars ou Battlestar Galactica, tant elles sont nerveuses, bien chorégraphiées et aux images de synthèse impeccables. Mais je vais tout de même pinailler un peu ; dans la scène d’introduction du film où un croiseur est mis à mal par les ennemis supérieurs en nombre, celui-ci décide de faire une retraite rapide et c’est au moment où il fait volte-face que tout se retourne… Tout dans le vaisseau est sens dessus dessous, alors certes on était déjà habitué au manques de réalisme sur les bruits dans l’espace mais là, c’est un nouveau seuil qui est atteint, cela ne dure qu’une minute à l’écran, donc refermons tout de suite cette parenthèse car, au final, le film est d’une grande tenue.

Du côté du casting, pas grand-chose à reprocher. La production a engagé certains des plus grands noms nippons actuels. On ne s’étonnera pas de retrouver Takuya Kimura (Kimutaku), qui est certainement un des acteurs japonais les plus connus de l’archipel. A ses côtés, nous retrouverons la belle Meisa Kuroki (Crows Zero) ainsi que Tsutomu Yamazaki (The Funeral, Departures). Même le doublage français est d’une grande tenue, les voix sont bien choisies, les doubleurs sont bons et, pour une fois, il est aussi agréable de regarder le film en VO qu’en français.

Le scénario, sans être original, reste dans un classicisme bienvenu dans ce genre d’œuvre. On ne se perd pas dans les méandres de la condition humaine. L’humanité est au bord de l’extinction et l’on doit faire face rapidement, sous peine de mourir.

2199, en guerre depuis cinq ans avec des envahisseurs extraterrestres, les Gamilas, et continuellement bombardée par des météorites radioactives, la Terre est à présent méconnaissable et ses habitants sont forcés de s’enfoncer toujours plus profondément dans ses entrailles afin d’échapper aux radiations. Alors que tout espoir semble perdu et que l’espèce humaine est au bord de l’extinction, le Yamato, doté d’une tech¬nologie de pointe et construit sur l’épave d’un légendaire cuirassé de la Seconde Guerre mondiale, est envoyé en mission à l’autre bout de la galaxie, jusqu’à la planète Iscandar, pour en ramener un mystérieux appareil qui serait capable de purger rapidement la planète de ses radiations. L’ancien vaisseau de guerre impérial devient ainsi le dernier espoir de l’humanité.

Derrière ce synopsis, se cache aussi une morale, assez idiotement mise en avant : l’esprit de sacrifice. Tous les personnages sont atteints de ce syndrome et le seul qui ne l’est pas est là pour l’apprendre. Mais que l’on ne se trompe pas, cela participe aussi du charme expliqué plus haut et l’on ne sera donc pas surpris d’apprendre que le film a fait plus d’entrée au box-office japonais que le dernier Harry Potter. Il est maintenant grand temps que vous découvriez ou redécouvriez ce classique en Blu-ray et DVD.

©2010 SPACE BATTLESHIP YAMATO Production Committee.

Publié à l’origine dans Horizons Fantastiques n°1

Facebook Comments

Written by dataripper


Comments

This post currently has no responses.

Leave a Reply









03:13

  • Dataripper 2018