Le Point final

Avatar dataripper | décembre 1, 2012

Nonononono je ne voulais vraiment pas répondre à cette brave dame, mais c’en est trop. Si sur le fond on peut se rejoindre, j’ai moi-même écrit une petite bafouille sur les jeux non adaptés que l’on vend à notre jeunesse, sur la forme c’est une autre histoire.

Dans son premier billet d’humeur (désolé vous lisez et qualifiez votre papier autrement, mais dans les faits c’est bien de cela qu’il s’agit, car vous exposez un avis a chaud sans argument) elle nous assène des « vérités » que je qualifierais de radio bistro, car aucune référence ne viens étayer ses dires. Je cite :

« De l’avis unanime des psys et des éducateurs, la plupart des enfants qui abusent de leur console sont plus agressifs et renfermés que les autres. »

À côté de cela c’est le défilé des exemples de tueurs qui jouaient aux jeux vidéo pour appuyer sa thèse que l’on forme des assassins avec les jeux vidéo. Mais c’est complètement absurde comme raisonnement, imaginez que je demande que l’on réglemente la pratique des échecs, car Alexandre Pitouchkine « le tueur a l’échiquier » a tué 49 personnes et c’est manifestement à cause de son addiction. Qui sommes-nous pour porter de telle accusation ? Avons-nous des preuves qui permettent de faire le lien entre la soif de mort et le jeu en question ?

Nous sommes à peine de simples amuseurs, ou « ambianceurs », nous n’avons aucune légitimité dans ce genre d’accusation et pourtant vous vous le permettez.  C’est ce qui me désole le plus d’ailleurs, la permissivité du Point qui était une des rares publications à avoir encore du crédit à mes yeux.  Non content de vous avoir laissé publier votre billet sans changement, il vous permet de faire une réponse à vos « détracteurs » qui ne vaut pas mieux que l’article d’origine. Le rédacteur en chef aurait dû exiger une réécriture et surtout les sources de toutes les affirmations avant la publication. Mais le travail journalistique est de plus en plus laissé au placard au profit de la course aux clics avec un message politique en bonus.

D’ailleurs je pense que nous sommes tous aussi coupables, nous ne devrions pas donner de crédit à de tels articles, qui par la provocation ne cherche au final qu’à raviver notre intérêt pour une presse moribonde. Mais avec de tels articles, c’est une balle dans la nuque que vous lui mettez à la presse. Je ne vous remercie pas pour ce spectacle affligeant et je ne vous demanderais rien, mais ne venez pas vous plaindre le jour où vous aurez fini par lasser le peu de lecteurs qu’il vous reste.

Facebook Comments

Written by dataripper


Comments

This post currently has no responses.

Leave a Reply









  • Dataripper 2018