Conan 3D

Avatar dataripper | octobre 31, 2013

Pour 100 millions, t’as plus rien !

Etrange tout de même, ce film ; rien de ce qui avait été dit par l’équipe de production avant sa sortie ne se retrouve dans l’œuvre final et, en premier lieu, le scénario. Pour citer Danny Lerner (producteur) : « Notre film n’est basé sur aucune incarnation précédente du personnage mais sur une culture et un univers tout entier », mais c’est pourtant bien là d’un sublime copié/collé que les scénaristes affublent le film.

Encore une fois, on y parle d’un jeune Conan qui vivait tranquille avec son pôpa (Ron Perlman) dans son village de guerriers, jusqu’au jour ou Thulsa Doom Khalar Zym (Stephen Lang) attaque le village, celui-ci étant à la recherche du secret de l’acier l’ascension vers le stade de déité. Mais évidemment, le village est détruit ; Conan, livré à lui-même, devient un surhomme et se met à chercher l’assassin (« Mé tou a toué mon père ! », dirait-on). Mais que l’on ne s’y trompe pas, ce n’est que le squelette du film de 1982 qui a été copié. Le reste a été oublié, donc exit la narration épique et le côté aventure.

Quant au réalisateur hardi, il nous assommait d’un magnifique : « Nous revenons à la version originale de Conan, tel qu’il est décrit dans les histoires de Robert E. Howard », alors que nulle part dans les romans Howard ne décrit l’enfance du héros. Que reste-t-il ?

Pas grand-chose si ce n’est la violence, qui reste l’ingrédient principal du film, une violence qui se répand avec complaisance jusqu’au gore, ça éviscère, ça éventre, ça émascule, le tout servi dans un torrent d’hémoglobine digne des pires nanars. Au moins, on ne sera pas embarrassé d’éventuelles subtilités scénaristiques et scéniques.

Tout s’enchaîne sans réelle logique, on passe d’un combat à l’autre sans comprendre comment la chance peut autant sourire à un type comme Conan, totalement dénué de finesse et de charisme, pire que Schwarzenegger, un exploit en soi que Jason Momoa a su relever avec brio !

D’ailleurs, ce ne sont pas les autres acteurs qui vont relever le niveau, ceci étant certainement dû à un script indigent n’ayant su que planter des archétypes creux et sans âme. Un Conan humanisto-crétin : on se rend compte qu’il a une âme, qu’il est gentil parce qu’il libère tous les esclaves qu’il croise. Une vierge effarouchée, qui ne sait faire qu’une chose, se faire enlever. Un méchant conquérant qui veut devenir Dieu et avoir le pouvoir ultime (prends un ticket, mec, et va faire la queue, il y a du monde). Le portrait de famille ne s’arrête évidemment pas aussi vite, hélas ! On subira aussi la méchante sorcière, le black faire-valoir et autres poncifs.

Même la musique s’est faite la malle, ne laissant derrière elle que des boum-boum sonores en guise de réconfort, accompagnant honnêtement l’action, mais la musique s’oubliera plus rapidement que le film. On a compris que ce n’est pas le scénario ou la musique qui nous transporteront et la seule chose qui reste est une mise en scène honnête des scènes de combat qui, à défaut d’avoir de bonnes transitions, sait rester dynamique et équilibrée. Les effets spéciaux sont aussi de bonne facture mais gâchés par l’assombrissement qu’impose le port des lunettes 3D, pourtant totalement dispensable au vu du faible nombre de scènes exploitant le procédé. Notons que la 3D a été complètement post-produite, ce qui, passée la scène d’introduction du film, se voit immédiatement à l’écran.

Soyons clairs, la production est restée cantonnée à une médiocrité rassurante, ne cherchant pas à innover et encore moins à sublimer l’œuvre de Howard. Personne n’aurait pu prévoir un tel plantage et surtout un jeu d’acteur aussi navrant de la part de Jason Momoa, qui avait pourtant su au début de l’année transcender son rôle dans la série Le Trône de fer sur HBO. On se retrouve devant une superbe série B qui, si elle n’avait pas eu les ambitions qu’elle affichait et un tel budget, aurait très bien pu passer en deuxième partie de soirée sur M6.

Publié à l’origine dans Horizons Fantastiques n°2

Facebook Comments

Written by dataripper


Comments

This post currently has no responses.

Leave a Reply









  • Dataripper 2018